Ce que vous voulez savoir sur en savoir plus ici

Plus d’informations à propos de en savoir plus ici

l protège de mais aide aussi les malades déjà atteints. Ce sont les conclusions des médecins qui pratiquent l’hortithérapie. Inventé au 18ème s. par le psychiatre américain Benjamin Rush, cette thérapie par le jardinage accompagne les personnes atteints d’autismes, de migraines mais aussi d’Alzheimer. Le jardinage maintient l’éveil intellectuellement. Il nécessite de savoir se repérer dans le temps et dans la taille, de savoir mémoriser le nom des fleurs et de s’armer de patience : ces critères stimulent très bien le mental. Le printemps est bel et bien là. Les fleurs sont en éclosion, les températures sont plus soyeuses et les moments davantage ensoleillées… L’arrivée des beaux jours est l’occasion d’apprécier les rayons du soleil, et il n’y a pas de meilleure activité que le jardinage pour cela ! Ce ne sont pas les de 50 ans qui diront le contraire puisque les avantages physiques et sociologiques de cette activité ne sont plus à démontrer. D’après des chercheurs américains, le jardinage constituerait une véritable cure de jouvence et un atout santé pour les quinquas. Selon eux, le fait de contempler un lieu pleine d’ plantations permettrait aux personnes âgées d’être en forme et d’informer certaines pathologies liées au vieillissement. par ailleurs, si vous cultivez un potager avec des fruits et légumes, le jardinage vous aidera à bénéficier d’objets frais de qualité, donc de entretenir une alimentation variée.

Le jardinage est une activité doux qui permet de lutter contre les mauvaises routines alimentaires. A la suite de nombreuses études, les corps médicaux préconisent grandement l’exercice du jardin pour rompre cette spirale de mauvaises habitudes ( celles-ci, notamment alimentaires concernent le grignotage, l’alimentation mal équilibrée et le temps passé devant la télévision : les hommes et femmes passant 40% de leur temps libre devant la tv ). Le jardinage est similaire à la pratique d’un sport doux : trois heures et demie correspondent à une perte de 1000 Kcal, ce qui est équivalent à pratiquement deux heures de jogging. En fait, le milieu médical recommandent pour garder la forme une dépense de tous les jours de 156 Kcal ce qui se traduit par quarante cinq min de taille de rosiers ou 25 min de bêchage. Cette activité a aussi l’atout de appeler tous les groupes de muscles de façon répétitive et sans à-coups… La répétition de mouvements très différents, se baisser, se incliner ou fléchir les genoux, perfectionne la flexibilité. ainsi, certaines opérations techniques telles que le bouturage et le greffage requièrent une parfaite talent. Le jardinage a systématiquement des effets bénéfiques sur l’ostéoporose par cette action tonifiante. Les personnes âgées doivent être encouragées à jardiner pour lutter contre les problèmes liés à la dégradation de la mobilité. Plus fort, des études hollandaises et américaines ont montré le rôle préventif du jardinage sur le cancer.

L’horticulture est bénéfique pour la forme. Le constat est intuitif et la preuve scientifique confectionnée. Nous en avons tous fait l’expérience, que ce soit plus ou moins consciemment. L’effet bénéfique le plus évident est l’impact concret sur notre physique. Le jardinage est une activité d’intensité faible à moyenne qui nous garde présents, sans toutefois nous essouffler. Sa nature d’intensité faible nous permet de la pratiquer pendant de nombreuses minutes. Passer 2 heures à jardiner se rapporte à proposer notre corps à une panoplie de mouvements et contorsions, et ce, sans arrêt. C’en est presque une session de yoga ! Un autre effet discerné est le sentiment d’apaisement pendant et après votre activité horticole. Pour qui livrent une bataille de tous les jours au stress, il a été démontré que le jardinage contribue à minimiser les hormones liées au stress et à garder le sentiment de bonne humeur plus promptement et plus longtemps que la lecture de jeu. La planification du jardin fait appel à plusieurs processus cognitifs en plus de solliciter notre créativité. La recherche de la bonne plante pour notre cadre ( sol, eau, ensoleillement, compagnonnage ) s’étale sur notre esprit, tout comme ces mille et une petites attentions que nous avons quand nous entretenons nos plantations. D’associer autant de stimulations psychologiques à des déplacements physiques doux devient très apaisant pour les esprits surchargés. Si vous rêvez d’un jardin unique et différent et que votre créativité s’avère en hibernation, une petite sortie à la pépinière ou dans nos serres suffira pour vous inspirer.

Le jardinage comprend un élément de résolution de problèmes qui peut aider à améliorer les fonctions cognitives ainsi que la mémoire en panne et sur une longue durée. Par exemple, notre esprit est sollicité lorsqu’il s’agit de déterminer ce qu’il faut planter et à quel moment, d’apprendre à connaître de toutes nouvelles plantations et de bénéficier de de toutes nouvelles techniques de plantation. Le jardinage permet aussi d’aider à s’aérer l’esprit, de solliciter la perception sensorielle et de recréer la capacité de concentration. Les personnes qui s’adonnent souvent à des activités de jardin peuvent bénéficier d’une meilleure santé mentale. Travailler au jardin, c’est avoir tous les sens en éveil. La vue est sollicitée par les fleurs et les insectes, le toucher par la terre, l’odorat par l’odeur des fleurs et de l’herbe et l’ouïe par les bruits extérieurs. Et le goût dans tout ça ? Il ne sera pas en reste, soyez sans crainte : déguster les aromates ou picorer quelques tomates cerises, fraises ou autres délices de la nature sera l’objectif numéro un des enfants au jardin ! Jardiner en famille, c’est faire découvrir la nature à vos enfants. Observer la flore et la faune est fascinant et enrichissant. Vos enfants vous poseront mille et une questions. Soyez prêts à leur répondre pour les aider à appréhender tous les rouages de la nature et n’hésitez pas à leur transmettre vos meilleures astuces de jardinier au passage.

Pour connaitre en précision la concentration et la matière de votre sol ( pH et type de nutriments de votre sol ), envoyez un échantillon à votre pépinière locale ou faites l’essai vous-même grâce à une trousse d’analyse de sol à domicile que vous pouvez acheter dans n’importe quel magasin de jardinage. Les résultats vous diront à quel point votre sol est acide ou alcalin, ce qui affecte la façon dont les plantations absorbent les nutriments. Étant donné que différentes plantations se développent mieux à différents degrés de pH, ce contrôle vous aidera à décider ce qu’il faut planter ou non et vous indiquera comment il faudra traiter votre sol. observez aussi la matière du sol. Il devrait pouvoir facilement être saisissable et s’effriter dans vos mains. Si votre sol est dur ou argileux, il sera difficile pour la plupart des plantes de s’enraciner. dans ce cas il vous faudra le travailler en le décapant pour rajouter de la terre fraîche, du paillis et du compost. Prenez le soin d’aérer autant et aussi extrêmement que possible la zone avant de planter. Cultiver des légumes est une très bonne entrée en terme dans le jardinage. En effet ils ne prennent pas autant de temps à se accroitre que des fleurs de décoration, donc si vous faites une erreur, vous n’aurez pas perdu des mois et des mois de votre temps. Commencer par des tomates, des courgettes qui poussent assez aisément, ou testez tout type de plantes simples pour ville qui auront pu vous être conseillé. n’oubliez pas que les premiers succès sont d’inspiration et cela vous donnera envie d’aller plus loin. L’objectif de ce conseil est d’éviter de vous lancer dans la plantation de plante très difficile qui pourrait vous ralentir dans votre envie de jardinage.

apprenez à reconnaitre les espèces les plus habituelles, sera à terme un gain de temps. Si elles s’installent c’est car le sol est nu. Celles à retirer sont notamment le chiendent, liseron, armoise, oxalis, sans oublier les échardes et chardons avec une bèche afin d’extraire leurs racines. Les annuelles s’arrachent facilement à la main ou avec un sarcloir et peuvent servir au compost, être enfouies dans un trou par terre à condition qu’elles n’ont pas grenées où être brûlées. De nombreux remèdes naturels existent pour en naître à bout : la cendre de bois, purin d’orties ou d’Angélique, paillage, eau bouillante ou de cuisson des pommes de terre, huile importante de basilic, vinaigre blanc, sel iodé et bicarbonate. Mais toutes ne sont pas enlevées ! Certaines adventices conservent la biodiversité et sont vitales au sol ( rumex, trèfle ), aux animaux et pollinisateurs ( pâquerette, bardane, semences ). D’autres peuvent servir à des confections pour la forme, telles que l’ortie, sauge, bouillon blanc et chélidoine. Produire son compost naturel est un excellent moyen de recycler les déchets du jardin et de cuisine pour les transformer en engrais organique. Il sera votre meilleur atout pour la santé de vos plantations et de vos arbres ! Il améliore l’aération du sol et facilite la rétention de l’eau et des substances nutritives. Le compostage est un processus lent qui demande de la patience mais la présence de vers de terre dans les déchets de terre accélère la décomposition et améliore la qualité du compost. Installez- le en situation abritée et ensoleillée, idéalement entre 20° C et 24° C. On peut y mettre quelconque type de déchet végétal, sauf mauvaises herbes vivaces, tiges ligneuses ( à part si broyées ) et du fumier animal sauf déjections canines ou félines. Les feuilles mortes peuvent être de même recyclées pour faire du terreau ou du compost. En cuisine, on récupère les épluchures de fruits ( sauf les agrumes qui se décomposent qu’à partir de 60°C ), de légumes, marc de café, coquilles d’oeufs, papier absorbant, carton… Mais pas de pain dans le compost car il est trop pleine d’ levure, ni pâtisseries !

Plus d’infos à propos de en savoir plus ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *